Me Timothée Bauer

Avocat au barreau de Genève

  • Associé fondateur de l’Etude BST AVOCATS
  • Né en 1986 – Marié et père de famille
  • Diplômé de l’Université de Genève
  • Titulaire d’une habilitation à l’enseignement (IUFE)
  • Inscrit au Barreau de Genève depuis 2011

Installé en l’étude BST Avocats, Me Timothée Bauer pratique dans l’ensemble du droit des affaires, notamment en droit pénal économique, dans le cadre de contentieux commercial et privé, mais également en tant que conseil pour les particuliers et les dirigeants d’entreprise, particulièrement en matière de droit du patrimoine et en droit successoral.

Il également un praticien reconnu en droit de la circulation routière.

Dans sa pratique, Me Timothée Bauer considère qu’un client ne vient pas voir un avocat pour faire une procédure judiciaire, ou dans de très rares cas uniquement.

En effet, un client vient, la plupart du temps, voir un avocat pour qu’il l’aide à régler un problème, pour se l’éviter ou pour atteindre un objectif qu’il s’est fixé et qui est souvent de la plus haute importance pour lui.

Ainsi, toute relation d’affaires ou toute représentation en justice débute par une consultation qui doit avant tout être une rencontre permettant une collaboration réussie en vue d’un objectif défini que le client demande à son avocat d’atteindre.

Lorsqu’il confie un mandat à son avocat, le client doit pouvoir considérer que son intérêt pour une mission donnée est désormais pris en charge par une personne compétente qui fera réellement tout ce qui est possible pour atteindre les objectifs de son client.

Une procédure judiciaire représente presque toujours un coût très important, bien que, souvent, ce soit la solution la plus évidente que peut proposer l’avocat et ce qui amène un client chez lui.

Or, l’avocat doit également proposer d’autres moyens d’action, que cela soit, par exemple, la négociation ou encore des actions directes du client portant sur la restructuration de son patrimoine, des changements de localisation ou sa manière d’agir de manière plus générale et pour l’avenir, basés sur les conseils de son avocat.

Il est impossible d’énumérer ici tout ce qu’un avocat peut proposer à un client pour l’aider à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé ou l’aider à régler un problème, mais il s’agit de l’orientation privilégiée par Me Timothée Bauer, en lieu et place des procédures judiciaires, à chaque fois que cela est possible, et idéalement en amont, par une activité de conseil.

Même lorsqu’une procédure est en cours, il ne faut jamais perdre de vue le réel objectif du client, et ne pas se limiter aux actes judiciaires : il y a souvent d’autres choses à faire – en parallèle d’une procédure – pour atteindre le but que le client poursuit.

Un avocat doit donc non seulement être efficace, mais aussi créatif pour offrir des solutions originales et sur mesure au client, dans le domaine du conseil extrajudiciaire bien sûr, mais également dans le cadre d’une procédure contentieuse.

Principaux domaines d’activité

  • Droit des affaires:

    procédure et arbitrage, conseil et rédaction de contrats, séquestre et recouvrement, droit des poursuites et faillites, droit des sociétés et des personnes morales, commerce international ;

  • Droit du patrimoine:

    droit fiscal et des contributions, domiciliation de personnes physiques et morales, planification et optimisation fiscale, droit des sociétés internationales et trusts, droit du divorce et de la famille, conseil en investissement, droit des successions, droit de l’immobilier, droit bancaire ;

  • Droit pénal:

    droit pénal économique, droit pénal de la circulation routière, infractions contre l’honneur et la réputation, entraide pénale internationale, séquestre pénal, droit pénal général ;

  • Protection de l’honneur et de la réputation :

    droit pénal, protection de la personnalité (droit civil et RC), droit international privé, conseil en communication, investigation et renseignement, réseaux sociaux et moteurs de recherche.

Parcours

Avant de se consacrer pleinement à l’exercice de son métier d’avocat, Me Timothée Bauer a enseigné durant quatre ans le droit dans diverses écoles genevoises (notamment le Collège Voltaire et l’ECG Jean-Piaget) et a également été assistant d’enseignement et de recherche au département de Droit civil de l’Université de Genève pour les Professeures Audrey Leuba et Dominique Manaï.

Il est titulaire d’une habilitation à l’enseignement (Maîtrise universitaire spécialisée en enseignement secondaire du droit – MASE) décernée par l’Institut Universitaire de Formation Enseignante (IUFE) après une formation pédagogique de deux ans.

Il a ensuite débuté son activité en l’étude Avocats Ador & Associés SA, où il a effectué son stage avec Me Thierry F. Ador, puis comme associé dans la même étude, avant de fonder son propre cabinet avec Me Dimitri Tzortzis et Me Garance Stackelberg (BST Avocats).

Me Timothée Bauer a également travaillé précédemment dans diverses institutions du domaine bancaire, commercial et politique et a ainsi acquis une excellente connaissance du monde des affaires et du fonctionnement de nos institutions ainsi qu’un réseau qu’il met aujourd’hui à disposition de ses clients.

Philosophie et pratique professionnelle

De plus, le choix d’un domaine d’activité limité aux besoins d’un certain type de clientèle lui permet d’offrir des compétences extrêmement pointues, une expérience pratique du domaine et les contacts nécessaires pour tout mettre en œuvre en vue de la réussite du mandat confié, tout en restant en mesure de traiter n’importe quel type de mandat lorsque c’est nécessaire, en s’adjoignant les compétences d’autres spécialistes pour les dossiers qui le requièrent.

Dans sa pratique, Me Timothée Bauer considère que la relation entre l’avocat et son client doit être avant tout basée sur une confiance et du respect mutuels, dans une optique de long terme, avec une vue d’ensemble des affaires du client.

Un client ne vient pas voir un avocat pour faire une procédure judiciaire, ou dans de très rares cas uniquement. Un client vient, la plupart du temps, voir un avocat pour qu’il l’aide à régler un problème – ou à atteindre un objectif qu’il s’est fixé – et qui est souvent de la plus haute importance pour lui.

Ainsi, toute relation d’affaires ou toute représentation en justice débute par un rendez-vous qui doit avant tout être une rencontre permettant une collaboration réussie en vue d’un objectif défini que le client demande à son avocat d’atteindre.

Lorsqu’il confie un mandat à son avocat, le client doit pouvoir considérer que son intérêt pour une mission donnée est désormais pris en charge par une personne compétente qui fera réellement tout ce qui est possible pour lui, à sa place.

Une procédure judiciaire représente presque toujours un coût très important, bien que souvent ce soit la solution la plus évidente que peut proposer l’avocat.

C’est pourquoi, l’avocat doit également proposer d’autres moyens d’action, que cela soit, par exemple, la négociation ou encore des actions directes du client portant sur la restructuration de son patrimoine, des changements de localisation ou sa manière d’agir de manière plus générale et pour l’avenir, basés sur les conseils de son avocat.

Il est impossible d’énumérer ici tout ce qu’un avocat peut proposer à un client pour l’aider à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé ou l’aider à régler un problème, mais il s’agit de l’orientation privilégiée par Me Timothée Bauer, en lieu et place des procédures judiciaires.

Même lorsqu’une procédure est en cours, il ne faut jamais perdre de vue le réel objectif du client, et ne pas se limiter aux actes judiciaires : il y a souvent d’autres choses à faire – en parallèle d’une procédure – pour atteindre le but que le client poursuit.

Un avocat doit donc non seulement être efficace, mais aussi créatif pour offrir des solutions originales et sur mesure au client, dans le domaine du conseil extrajudiciaire bien sûr, mais également dans le cadre d’une procédure contentieuse.

Tarification et honoraires

Concernant les honoraires d’un avocat, ceux-ci dépendent impérativement, en vertu du droit cantonal genevois, des paramètres suivants (art. 34 LPAv-GE) :

  • Le temps consacré à l’affaire par l’avocat ;
  • La complexité et l’importance de l’affaire (notamment les montants en jeu pour les affaires pécuniaires) et donc la responsabilité assumée par l’avocat ;
  • Le résultat obtenu par l’avocat pour son client ;
  • La situation financière du client.

Il convient ainsi pour l’avocat de majorer ou de minorer le résultat obtenu par la multiplication du temps qu’il a consacré à l’affaire avec son tarif horaire en fonction de ces paramètres.

Le tarif horaire de Me Timothée Bauer varie de CHF 450.-/h au minimum à un tarif horaire pouvant aller jusqu’à CHF 800.-/h pour les affaires financières complexes ou lors d’interventions en urgence et/ou hors des horaires habituels (de nuit ou le week-end notamment).

La pratique veut également que l’avocat demande au client une provision, soit une somme déposée en garantie du paiement des honoraires futurs, afin notamment de permettre au client de réaliser le coût de l’intervention d’un avocat et de l’éventuelle démarche qu’il veut entamer.

Plus les honoraires prévisibles sont élevés, plus la provision devra l’être également. Il s’agit en règle générale du montant prévisible minimum des honoraires de l’avocat pour le mandat.

La question des honoraires et de la provision est discutée lors du premier rendez-vous durant lequel l’avocat pourra donner une estimation de ses honoraires à son client ainsi que le montant de la provision qui devra être versée pour permettre à l’avocat de débuter son intervention.

Lorsque le rendez-vous ne débouche pas sur un mandat et qu’il s’agit par conséquent d’une consultation unique, celle-ci sera facturée et payable sur place, à hauteur d’une heure au minimum, sauf accord particulier et conclu par avance avec Me Timothée Bauer.

Par la suite, si l’intervention de l’avocat s’annonce plus importante que prévue, un complément de provision pourra être demandé en fonction des circonstances.

Un avocat procède généralement à des facturations intermédiaires régulières, en particulier lorsque le montant des honoraires dus pour l’activité déjà déployée atteint une certaine importance.

En principe, une facture est envoyée au client à chaque fois que l’activité atteint le montant de la provision, celle-ci étant alors conservée pour la suite du mandat, et déduite de la facture finale.

Une facturation intermédiaire peut également être demandée par le client à tout moment pour savoir où il se situe dans les frais déjà engagés à ce jour.

Compétences

Coordonnées

Me Timothée BAUER
Étude BST avocats
Boulevard des Tranchées 4
1205 Genève

Tél. : 022 718 04 00
Email : tb@bauer-avocat.ch

Service en ligne

Les experts-comptables PME peuvent vous aider.
Pourquoi doit-on comprendre le droit des affaires ?